Cher Camarade.

Cher Camarade, tu permets que je t’appelles Camarade ? Au final c’est ce qu’on est presque.

Je dis presque parce que moi, Camarade, je ne présume pas trop de ce que tu es, de ce que tu fais. Tu sembles être une personne qui partage certaines de mes idées, d’ailleurs nos groupes facebook (ouai aujourd’hui le militantisme semble passer plus par les groupes facebook que les organisations), nos potes communs me font penser que nous somme vraisemblablement des personnes de gauches, féministes, engagées. Un minimum en tout cas.

Mais camarade, j’avoue être perdue. Je dirais bien que je milite depuis mes 15 ans. Mais la vérité c’est que ma première manif, je ne savais pas marcher. Je ne dis pas ça pour te dire « je fais ça depuis plus longtemps que toi ». non. Parce que je ne suis pas comme ça. Je crois. Jusqu’à un certain stade.

Bref. Voila, j’ai grandi dans une ambiance de violences policières, de racisme, de sexisme. Parce que mon cher camarade, je suis une femme, je suis arabe, je suis « musulmane », je suis militante et féministe. Et pas que. Mais tu vois camarade, ça me gène un peu d’écrire ça. Et j’ai l’impression de vivre dans une autre époque du militantisme en ce moment. Parce qu’avant, jamais aucun Camarade, proche ou non, n’aurait osé me demander si j’étais croyante lors d’un débat sur le voile, si j’étais bien une femme cis genre (terme qui n’existait même pas), quelles étaient mes origines, ethniques ou sociales… non je viens d’un monde ou on se divisait en lutte : telle lutte m’intéresse, me touche, je la fais mienne, je lutte aux cotés des autres. Point.

Aujourd’hui je me retrouve à devoir me justifier. Héééé oui Camarade, aujourd’hui, sur un groupe facebook, pour donner un avis, je dois subir un contrôle d’identité bien plus poussé qu’un contrôle en commico sous un règne de Sarko Ier. Aujourd’hui, c’est l’outing forcé. On doit dire que l’on est arabe, femme, pd, pute ou toute autre personne oppressée. Aujourd’hui, on doit dire que l’oppression est blanche, homme, cis genre, catholique. L’oppression que tu appelles systémique, je l’appelle d’état, pas seulement parce que je n’ai appris ce mot dans ce cadre que récemment, mais surtout parce que moi, camarade, je suis une fille du peuple (chui un peu con si tu préfères). Et puis la guerre de la communication, je nous l’ai vu la perdre années après années, luttes après luttes mais ça c’est une autre question (dont ici on parle bien je trouve).

Bref. Oui je reconnais Mon bichon (tu permets que je t’appelle mon bichon?) l’oppresseur systémique que tu aimes invoquer/évoquer dans chaque discussion, mon frère (oui pas biologique, mon frère d’arme, celui qui a pris des lacrymo pour moi, pour les papiers des autres, pour les claques dans la gueule des unes…) donc, mon frère qui n’a pas le droit au chapitre parce que c’est un homme blanc, il a compris hein, il a juste le droit de fermer sa gueule. D’être présent pour toutes les luttes et se faire insulter s’il a le malheur dire dire « ca chui pas d’accord ». D’ailleurs, on m’a un peu sorti la même chose. On m’a dit que j’étais islamophobe. Or camarade, si tu as suivi, je suis musulmane. Alors tu vois depuis des mois, j’entend qu’on doit donner la parole aux personnes concernées par un sujet. Donc sur des questions de religion musulmane il semble logique de me donner la parole d’autant plus si on parle de femme nan ? Sauf que je dois déjà déballer une partie de ma vie pour pouvoir donner un avis sans me faire *trop* insulter, et ça déjà, ça craint. Mais le pire, Camarade, c’est qu’une fois que je l’ai ouvert, déjà pas d’excuse pour les insultes hein, faudrait pas déconner, mais en plus, on semble dire que ma position est celle d’organisations islamophobes (entre autre on a parlé OLF et NPNS*). On me refuse le droit d’avoir un avis à moi, je suis surement une victime du neo-colonialisme, de l’intégration à tout pris.

Mais Choupinette, je dois t’avouer un autre truc, le colonialisme dans la famille c’est vraiment pas notre truc. Je suis une « fille du FLN » celui de l’époque ou la France était chez elle à Alger. Alors non tu vois, l’importance de ma culture je la connais. J’irais bien plus loin en te disant qu’en vrai je fais aussi parti d’une culture minoritaire en Algérie mais , allez, trop d’oppression sur une personne, ça devient trop (rassure toi, on me fait un pack genre all inclusive, comme au club med).

Une dernière petite chose mon journa…Camarade, je sais que l’islamophobie est plus que présente hein – tu te rappelles hein, bougnoule et musulmane toussa..- mais je sais aussi que l’islam comme toutes les religions oppresse. Et moi vois tu, je subis ici ton homme blanc hetero cis genre catholique, mais je subis aussi l’oppression d’une culture arabo-islamique qui n’aime plus beaucoup les femmes. Surtout pas comme moi, alors mon Lapinou, la prochaine fois que j’aimerais qu’on ne nie pas cette oppression qui n’est malheureusement pas seulement la mienne, rappelle toi que je ne nie pas celle/s que tu ressens.

Enfin (pour de bon) dans tout cela il y a une chose qui me gène encore plus c’est ce besoin de tout ramener au genre, à l’origine, à la sexualité….c’est exactement ce que nous reprochons à cette société en fait, de nous réduire à un genre, une sexualité, une religion, mais nos débats semblent ne tourner qu’autour de ça : qui tu es ? Qu’est ce que tu es ? Alors peut être suis je un peu trop dure, au final je suis d’accord hein, c’est ceux qui le vivent qui en parlent le mieux quelque soit le sujet..Et je sais aussi que ceux qui le vivent sont parfois influencés par un système qui dis que « tranquille c’est normal, tout va bien ». Peut être aussi que je dois accepter silencieusement le tournant que vit le féminisme et le militantisme de façon générale qui en plus se passe à l’heure des réseaux sociaux et de la guerre de postures sur facebook. Peut être que je suis trop vieille école, peut être que regarder plus ce qu’il y a sur ton CV militant que le nombre de groupe Facebook que tu as likés c’est ridicule..Peut être hein, je dis pas, mais franchement camarade, ca m’emmerde. Maintenant je suis une grande démocrate : chacun fait ce qu’il veut, mais la prochaine fois camarade, que tu as envie de me dire que je suis islamophobe ou raciste, rappelle toi ce dicton qui dit qu’il faut tourner sa langue 7 fois dans sa bouche avant de parler si on ne veut pas risquer de dire une connerie plus grosse que soi.

Merci pour l’outing.

 

 

*oui, j’ai bien travaillé pour NPNS d’ailleurs, j’ai été stagiaire à l’accueil juridique des victimes : pendant plusieurs mois j’ai passé mes journées à aider au moins 3 femmes battues/violées/voilées/sans papier/à la rue. Oui. les idées de NPNS ne sont pas les miennes. Mais j’ai été utile. j’ai aidé des gens, j’ai milité.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :