Un renouveau de la jeunesse identitaire, une action française.

Contrairement aux nouveaux manifestants versaillais et autres sympathiques « on-est-pas-homophobe-mais » j’ai beaucoup manifesté, j’ai vu pas mal de charges de CRS, sur nous généralement, j’ai vu des CRS protéger des membres de ces mêmes groupes d’extrême droite qui aujourd’hui se placent en victime de la violence policière.

J’ai vu des CRS très en colère après des affrontement violents où certains étaient blessés.

Mais que la manif pour tous m’aura fait connaitre une chose toute nouvelle: des CRS tellement en colère qu’ils balancent des bouteilles sur la foule.

J’avoue, c’est du jamais vu.

Mais avant de sortir un très gauchiste « les CRS ça aiment ce genre de situations, la violence, être en position de force »  j’ai bien regardé et re-regardé cette vidéo tournée à la fin de la manif du 26 mai.

 

On y retrouve des choses inquiétantes pour les anciens militants de gauche qui devraient inquiéter tous les français :

Le retour de groupes qui sans cesse sont dissous en raison de leur violence, de leur haine et de leurs propos. Le slogan « France Aux Français » leur a valu le sobriquet de « FAF ». Ces fafs ce sont les gens qui adhèrent à une idéologie raciste, qui se couple généralement d’un amour un peu trop prononcé pour les théories néo nazies de race pure et d’espace vital, un sexisme assumé ( vous savez, ces questions de « nature » ) et une homophobie qui ne se dissimule plus.

Le GUD, l’Action Française, la Jeunesse Identitaire, le renouveau français… autant de groupes organisés que nos parents appelaient des « skinhead » ( Ce qui est une erreur d’ailleurs mais on expliquera ça un autre jour. ).  Ces mecs connus pour pratiquer la « ratonnade », ce sport sympathique et démontrant d’un courage tout en héroïsme : tomber sur un arabe/un pd/un noir a plusieurs.

 

 

Sur cette vidéo, les néophytes ne verront pas les signes d’une organisation effrayante: les gants en cuir: pratique pour taper ou pour utiliser des chaines pour taper. Des sweats à capuche pour se dissimuler, avec une écharpe qui en plus protège des gaz lacrymogènes. Les fumigènes, retardant la charge des CRS est surement le dispositif le plus impressionnant car oui, les grosses fumées sont l’œuvre des manifestants et non pas des CRS, les lacrymos explosant en sortant du canons libèrent une légère fumée qui se dissipe alors que le gaz se répand.

 

Mais il faut revenir aux CRS. Après des heures et plusieurs manifestations du collectif la MPT qui dégénèrent on voit un geste que jamais au grand jamais je n’avais vu de leur part : ils [r]envoient les bouteilles qui jonchent le sol vers les manifestants (09:16).

Comprenez : ils ne peuvent charger en raison des ordres. En haut-lieux on veut surement éviter les polémiques sur des charges trop violentes sur de pauvres manifestants…

Ajoutez à cela qu’ils ne peuvent avancer à l’aveuglette dans les fumigènes : visibilité zéro, le risque est trop grand pour eux comme pour les gens en face. Il ne leur reste que les boucliers et les casques pour se  protéger des bouteilles qui volent en éclats autour d’eux.

 

Je ne pensais pas défendre un jour les CRS, ni avoir la sensation de paraphraser/parodier Chirac en disant que « entre le bruit, les bouteilles, les insultes et les gaz, eh bien le pauvre CRS, à la fin de sa journée, il craque et il a un peu envie de casser du FAF. »

 

Mais attention cette presque « défense » doit se comprendre ainsi : lorsque nous manifestions pour le CPE ou la LRU nous savions les risques, nous savions ce à quoi nous nous attaquions et nous savions ou cela aller mener, la répression a été extrêmement violente et, durant le CPE par exemple, particulièrement disproportionnée. Mais la plupart du temps, en connaissance de cause, nous acceptions cette situation, ces règles du « jeu ».

Les  groupes d’extrême-droite les connaissent aussi, ils ne sont pas vierges d’affrontement avec la police. Ils ont certes bénéficié parfois de traitements de faveur, mais ce temps semble révolu. Ils le savent et n’ont plus qu’une solution : accepter les règles du jeu.

Par extension les groupes qui fricotent avec eux, ou qui en comptent aussi pour certains dans leurs membres comme la Manif Pour Tous, le PCD, le FN… doivent accepter aussi ces règles.

 

Alors cessez de nous parler de rafles, le parallèle est indigne, même de vous. D’autant plus si on se rappelle que dans les années 40 la communauté homosexuelle à été énormément touchée par les rafles, bien plus pendant que la France de Vichy collaborait.

 

Publicités

Voyage en Homophobia

Il y a des dimanches, où l’absence de gueule de bois me donne envie de me balader dans Paris.
Hier, comme beaucoup de gens, j’ai pu voir ce défilé affligeant de réflexions douteuses. Je viens ici jouer les reporters-analystes en carton toujours plus noble que ce que je peux lire sur twitter ou facebook de la part de « bons citoyens ».
Commençons par le début. Je suis une demi-citoyenne. Moitié bonne mère, moitié nan. Cela dépendra de qui voudra bien de moi au long terme. Je suis une licorne, une dévergondée dégoûtante : une bisexuelle.
La première chose qui choque quand on arrive aux alentours du cortège ce dimanche 13 janvier, ce sont les enfants. Il fait très froid, très gris et il y a des enfants partout. Des petites choses qui ne savent même pas si elles sont hétéros, homos, zoophiles, fans de SM, ou abstinentes. Ils ne sont pas encore obsédés par le sexe contrairement à leurs parents pour qui la sexualité des autres semble un truc vachement important. Bel exemple pour la jeunesse, très petite jeunesse d’ailleurs, car les jeunes adultes (20/30 ans) il n’y en a pas des masses.
Image
désolée pour le flou hein…
Ils étaient très nombreux, c’est vrai. Beaucoup de trous dans la manif mais nombreux. Et cela s’explique facilement quand vous arrivez aux Invalides, des dizaines de cars viennent de toute la France, financés par l’association « la manif pour tous » donc on parle peu des financements. D’Invalides au pont de l’Alma, ils étaient partout. A ce moment-là, le calcul est simple : les pros viennent de Paris et de sa banlieue puisque leur voyage de la province n’est pas payé et donc ils sont moins nombreux. Il faut rendre à Jules ce qui appartient à César : le chiffre est facile quand on pioche sur la population nationale.
Image
 On mobilise grave à marchenoir ouz..ourz.. dans la province quoi.
Ce qui signifie donc, que si (et je vous jure qu’après 10 ans de militantisme, je sais apprécier le nombre de manifestants) par miracle ils étaient 1 million, cela signifie qu’ils sont 1 million sur l’ensemble de la France à penser cela. Les manifs Anti CPE mobilisaient plus, rien qu’en Île-de-France et pourtant à cette époque les dirigeants de l’UMP, soutiens de la manif pour tous, disaient que ce n’était pas à la rue de diriger. Sous Sarkozy, on nous expliquait qu’il avait été élu pour ses propositions par la majorité des français ; ceux qui manifestaient n’avaient plus aucun pouvoir sur les projets de loi. C’est drôle comme d’un coup l’argumentaire est considéré comme déplacé et sans fondements et le débat devenu une nécessité pour la démocratie.
Image
Frigide poète…parce qu’on fait faire aussi de la svt aux enfants.
Il est scandé dans les médias et réseaux sociaux que les manifestants veulent un débat. J’ai tenté d’en avoir, il n’y en a aucun. Hochements de tête et sourire bêtes quand je dis à un couple portant la pancarte « il n’y a pas d’ovule dans les testicules » (amis de la poésie bonsoir) que toute homosexuelle que je suis, j’ai eu le droit au lycée moi aussi à des cours de science naturelle. Et ma copine d’ajouter qu’elle est un futur médecin lesbienne et pourtant au fait de cette vérité troublante ! Messieurs, vous n’éjaculerai donc jamais un ovule, le mystère est résolu.
On trouve ainsi d’autres pancartes instructives telles que « made in papa et maman » et autres petites phrases montrant l’intérêt qu’ils portent à la vie sexuelle. La fameuse « touche pas à mon sexe » de Frigide Barjot me faisait penser quand même « aucune chance, jamais, même si on était les dernières survivantes de la colère de dieu sur la France pleine de pds ».
Toutes ces pancartes sont portées avec joie. Je vois quelques enfants qui pleurent (marcher dans le froid, ce n’est pas facile à 6 ans) mais les adultes sont globalement très souriants. J’ai alors compris que certains n’avaient même pas conscience de la violence qu’ils exerçaient à ce moment-là. Le débat en est venu à un point où l’on oublie que l’on parle de gens et de familles qui existent bel et bien et qui entendent un débat les mettant aux bancs de la société, les montrant comme déviants, anormaux, irresponsables et inapte à fonder une famille équilibrée (sans qu’il ne soit fait preuve de cette inaptitude). On oublie pourtant que non seulement les homos aussi sont « made in papa et maman » bien hétéro pour la grosse majorité et que des familles hétérosexuelles (parfois même catholiques) créent des enfants déséquilibrés, fragiles, psychotiques…. Je ne dis pas que ça n’arrivera jamais à un couple gay, je dis que c’est la vie.
Pendant mon périple qui ressemblait plus au chemin de croix, j’ai croisé deux maires UMP à qui j’ai voulu poser une question. Après qu’ils m’aient confirmé leur attachement à Frigide Barjot, j’ai demandé s’ils connaissaient son clip « Fais-moi l’amour avec deux doigts » et si ce genre d’humour était pour eux de bon goût et digne d’une l’hideuse (jeu de mot attention) d’un mouvement prônant une grande moralité. Ma réponse sera un « ho vous savez on n’est pas très internet nous ».
Malaise.
Avant de quitter la manifestation j’ai demandé à un membre de la croix rouge s’il y avait eu des blessés. On me répond que oui mais on semble gêné par ma question sur les circonstances. Concluez en ce que vous voulez mais sachez que je n’ai jamais vu une manif qui regroupait le GUD, le FNJ, la JI et la JN se finir autrement qu’avec une petite ratonnade bien de chez nous.
Mon calvaire s’arrêtera peu après cela. Pour reprendre sur le net… Sur facebook, on m’annoncera que l’homosexualité est une déviance au même titre que la zoophilie et que cela n’est pas homophobe… Et sur twitter, que si on légalise la PMA pour les lesbiennes autant légaliser le vol d’enfants et qu’il n’est pas homophobe de dire que l’homosexualité est une déviance. Cela dis peut être somme nous déviant mais on est nous aussi des enfants d’hétéros. Alors si les hétéros peuvent produire des gens déviants peut être que nous nous arriverons a avoir des enfants un peu plus équilibrés..
Quand je fais le bilan de tout cela hélas, ce n’est pas une envie de dialogue qui me vient mais bien une phrase vue sur une pancarte aux manifs pro : « je veux les mêmes droits que les hétéros, pas leur avis ». J’ai envie de ne plus payer les impôts qui servent à financer les services auxquels on me refuse l’accès comme l’éducation, les allocations familiales, ou qui permettent que l’on accepte de faire des abattements fiscaux aux couples qui ont choisi de se marier.

L’autre réponse. L’autre facon de voir.

Un matin comme un autre, un sms trop internet 2.0 : « tiens tu as lu le dernier @deslandes, c’est pas n’importe quoi? » Bon dans le texto on me gratifiait de  »juriste » ce qui est gentil et flatteur, bref je vais donc sur twitter voir le dernier article qui s’avère être la.

Lisez le.

C’est bien, vous pouvez maintenant regarder les supers commentaires. Si le  »luke, je suis ton autre parent » m’a fait beaucoup rire ceux d’un illustre rétrograde pro apocalyspe-par-la-faute-des-pds-et-des-féministes, beaucoup moins.

Cela dit, l’article en lui même à mon avis part d’un postulat complètement fallacieux, pour ne pas dire autre chose, selon lequel  »les gens » utilisent dans leur vie de tous les jours les termes des codes et même se mettent à jour. Ainsi on essaie de nous faire croire qu’on ne dit jamais « sa copine », « sa nana », sa « meuf », mais  »concubine ». Et ça ce n’est que le premier mot qui me vient à l’esprit ainsi installée dans un couloir de la fac de droit. Mais je suis sure qu’en ouvrant n’importe lequel de mes codes je vous trouve une vingtaine de mots en 10 secondes qui ne sont jamais utilisés par le public. Alors pourquoi créer une fausse polémique, une fausse  »panique » à des gens déjà affolés par des prévisions incas en faisant croire que si les homosexuels rentrent dans le code, on ne dirait plus père mais  »autre parent » et que de ce fait c’est les droits et la fonction même qui changeraient?

Cela dit cela doit rassurer certains et certaines de mes amis féministes (hystériques selon les commentaires) : ces gens là sont sûrement prêts à la féminisation du langage, après tout mettre tout au masculin c’est pas bien, c’est nier la femme si on ajoute à ca ….bla bla bla *appliquez ici le même raisonnement étrange et douteux qui fait dire que c’est mal de changer le code pour donner le droit aux homosexuels de se marier*