Hô mots phobes! Rencontre du troisième type : les propos de militants de la « manif pour tous »

Alors que la présidente d’Act up Paris a été mise en examen pour avoir dit que les membres de la « manif pour tous » sont des homophobes, j’ai décidé de sortir du placard les perles entendues lors de deux « discussions » avec justement…la manif pour tous.

Les premiers sont en fait des veilleurs, citoyens concernés, pull manif pour tous retournés sur les épaules, ils sont indépendants.  Les secondes sont des membres de LMPT qui distribuaient des tracts il y a deux mois environ à châtelet.

Homophobie, racisme, sexisme, invention de texte de loi…rien n’est trop beau pour des gens sans arguments.

Vous trouverez donc ici les mots de fins psychologues et sociologues, que j’ai essayée tant bien que mal d’expliquer.

Ainsi chez les veilleurs :

             « L’homosexualité c’est mieux quand c’est des femmes quand même, c’est moins sale. »

De la à dire que c’est plus sensuel, plus sexy, surtout quand elles sont nues, surtout quand c’est filmé, surtout quand je cherche sur youpo….oups.

            « Vous vous êtes bisexuelles parce que votre père était absent, et puis, vous êtes arabe, votre père doit être musulman et ces gens-là sont pas présent dans l’éducation de leurs enfants, surtout des filles. Si ma fille est lesbienne c’est parce que j’ai divorcé et que je n’est pas été présent dans son éducation »

Parce qu’être lesbienne c’est avoir des daddy issues bien sur. Avec un homme un vrai à la maison, on est « normale » on aime un homme qui ressemble à papa? et les gays, c’est la faute des mères trops présentes qui en font des tapettes. Hum. Voila. Je n’ai pas trouver de meilleures explications à cette phrase.

Et puis parce que dire quelque chose de biphobe, c’est toujours plus marrant quand on peut EN PLUS dire un truc raciste.

               « Au mariage de ma fille lesbienne, je n’irais pas à la mairie, je n’irais qu’à la réception… je sais ca la rend triste mais c’est comme ca. »

De la à dire que c’est plus marrant de picoler gratuitement en regardant les copines lesbiennes invitées au mariage se rouler des pelles que d’écouter le maire…

               « Et ça vous fait pas chier d’être du côté du gouvernement ? Moi j’ai ma pipette de sérum phy, j’ai été chargé par les CRS, j’ai l’impression d’avoir une nouvelle jeunesse. Je suis un rebelle. »

C’est vrai ca merde ! quoi que les gouvernement fassent, être contre c’est mieux. D’ailleurs, « Contre tout et pour rien » un slogan d’avenir dans la manif pour tous.
La crise de la cinquantaine pire que la crise d’adolescence. A la manip pour tous on a peur de rien, on écoute les one D, on est abonné à glossy, on trouve que les parents c’est trop des gros relous koa. A quand un débat sur le droit de vote des adulescents débiles?

             « Tu es belle, tu pourrais refaire le monde. »

Alors que quand on est moche, on se tait.

               « Le chant des partisan n’est pas associé à un bord politique. »

Non. Bien sur que non. Jamais.

             « Si le mariage gay passe, c’est mon mariage qui perd toute sa valeur. »

Je pense que l’auteure de cette phrase avait 14 ans. Du coup je ne suis pas sure de devoir l’envoyer ranger sa chambre ou pleurer. Mea culpa mademoiselle si vous aviez juste l’air très jeune. Dans ce cas, vous êtes juste très obscure.

Et le soir à Châtelet je n’attendais pas autre chose:

                   « Les homosexuels sont des gens blessés qui peuvent guérir s’ils demandent de l’aide, les bisexuels des gens qui se cherchent encore, les trans des gens clairement malades »

Et il bien nécessaire de commenter ?

            « On enseigne aux enfants qu’ils peuvent choisir leur sexe dans les écoles, c’est dans la loi. »

Avec ces deux jeunes filles, on commence le ballet du « tu ne connais pas la loi tais toi ».
Puisque visiblement, aucune d’elle n’a jamais lu aucune loi ni aucun projet de loi ni aucune proposition de loi, et puis allez, tout ça c’est pareil nan ? sutout qu’elles ont entendu parlé d’un amendement…

                      « La GPA est dans la loi »

Pas mieux. Toujours pas. Et puis quand bien même…parlons du modèle anglais : pas de GPA payante, la mère porteuse doit déjà avoir eu un enfant, il y a un suivi…Bref, chacun fait ce qu’il veut avec son corps nan ? nan. Bon.

                     « La GPA et la PMA sont des usines à orphelins »

Hum. Encore un argument qu’on ne peut pas comprendre : faire un bébé pour permettre à deux parents d’avoir un enfant, c’est en fait un orphelin…Well well well.

                   « Mais cette enfant est malade, c’est pas normal, il ne faut pas la laisser faire »

C’est la réponse qui m’est faite à l’évocation d’un exemple de mon entourage :des jumelles, l’une a décidée qu’elle voulait les cheveux court et qu’elle était un garçon.

Je pleure pour ses futurs enfants « Mon ado est intenable, elle veut porter des pantalons, elle refuse d’avoir les cheveux longs, bientôt elle voudra le droit de vote »

                     « Le congé paternité forcé est dans la loi et va empêcher les femmes de retrouver du travail après la grossesse alors qu’elles ont déjà beaucoup de mal et que peux d’entre elles en retrouvent »

Il semblerait que ce soit de l’ordre de 12% des femmes qui ne retrouvent pas de boulot après leur grossesse alors déjà on arrête le chiffre catastrophe pour un effet plus putassier que jamais. Ensuite on respire un grand bol de logique : si la mère s’arrête de bosser 3 mois et qu’ensuite c’est obligatoirement au père de s’y mettre, la rupture avec le monde du travail sera moindre et donc la nana aura moins de mal à trouver du boulot qu’après 2 ans sans bosser.
Bon évidement c’est si tout ca était dans la loi. Ca ne l’est pas. Encore un argument de champion.

 

Voila. il y a eu surement d’autres « perles » durant ces discussions. La dame qui distribuait des tracts a fini par nous dire « Ca ne sert à rien de parler avec vous on arrivera pas à vous convaincre » parce qu’on lui demandait de quelle loi, de quel texte elle tirait son argumentaire.

Après relecture de ces « échanges » je m’interroge. Donc, dire que des personnes tenant et soutenant ces propos sont homophobes serait une injure publique c’est a dire une « allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation » (article 29 de la loi). Les juges vont devoir statuer s’il y a bien eu injure, si les propos de la présidente d’Act up étaient diffamatoires, si elle a fait preuve de mauvaise foi en employant ces termes. J’ai vague souvenir d’un cour ou l’ont nous disait que pour justifier l’injure il fallait prouver la provocation. La provocation est là, dans toutes les prises de paroles de membres de la manif pour tous, filmés le plus souvent par des médias surpris par la paroles haineuse libérée…Je me demande ou est le diffamatoire quand on a d’un coté des personnes qui lient homosexualité et pédophilie et de l’autre des personnes victimes de violences physiques ou/et morales quotidiennes qui mettent un mot dessus: l’homophobie. 

Publicités